Solutions locales pour désordre global

A propos

Ce documentaire, réalisé par Coline Serreau, livre un constat alarmant sur notre agriculture mais aussi propose des solutions afin de réagir. Le rapport entre l’homme et la Terre, par le biais de l’agriculture, s’est complètement dérèglé depuis la motié du 20ème siècle. En effet l’agriculture a cessé d’être une exploitation raisonnée des sols afin de nourir sa population, pour devenir une entreprise qui doit produire tant de biens en tant de temps. Ce désordre global a été provoqué par l’arrivée des grandes compagnies dans l’agriculture.
Les progrès technologiques, qui sont arrivés avec la Révolution Verte, ont entraîné un appauvrissement des sols et si on arrive encore à produire c’est juste à cause de ces mêmes produits qui ont ruiné les sols.

Ce film s’appuie sur l’avis de plusieurs spécialistes à travers le monde, afin de démontrer que l’on peut avoir une agriculture biologique, productive et saine en se basant sur des modèles qui fonctionnent.

La Révolution Verte

Cette lente dégradation s’est amorcée à la sortie de la seconde guerre mondiale. Les industriels se sont retrouvés avec des stocks de produits chimiques non écoulés … ils ont alors cherché d’autres débouchés et ils se sont tournés vers l’agriculture, qui jusqu’ici subvenait à ses besoins.
Cette industrialisation massive de l’agriculture a engendré la disparition de centaines de variétés pour en garder seulement une dizaine. Le recours intensif aux pesticides a pollué les sols et entraîné un déséquilibre, et si les les sols continuent de produire ce n’est que grâce aux mêmes produits chimiques. Les ogm sont le résultat de bouture entre des plantes fragiles pour donner une graine forte mais complétement stérile afin de garantir aux compagnies la main mise sur les semences …

Solutions locales

Avant l’agriculture se suffisait à elle même. En effet l’agriculture avait pour but de produire mais aussi de nourrir les populations locales. D’où l’initiative des AMAP ( association pour le maintien de l’agriculture paysanne ) qui renoue un contrat direct entre l’agriculteur et les consommateurs, le consommateur paye d’avance et l’agriculteur s’engage à livrer des produits de saison.
Il faut aussi regrouper de nouveau l’élevage, la sylviculture et la culture dans les champs et non une exploitation triennal et des cultures dédiés et cantonnés à certaines régions. L’élevage permet de produire le fumier nécessaire pour nourrir les champs, les arbres participent à l’aération des sols et donc de permettre à l’eau de rentrer dans la terre, quand à la culture des champs elle participe au renouvellement de la terre lorsque le labour est effectué en surface.

Les erreurs

Elles sont d’avoir accepter la main mise des industries agro-alimentaires, d’avoir accepter des pesticides qui ruinent les sols et l’écosystème et qui nécessite par la suite le recours d’engrais et d’ogm pour arriver à pousser dans cette terre.
De laisser faire le labour des champs, qui en profondeur tue le sol, les bactéries … un sol fertile devrait être meuble et poussiéreux et non bétonné comme on le voit après la labour. Exemple à l’appui d’un exploitant agricole qui cultive ses terres en surface et qui n’a pas besoin d’aucun produit chimique pour produire.

Ce documentaire militant est une mine d’informations et il permet de prendre conscience des dégâts d’une agriculture intensive et industrialisée. Il faut repenser l’agriculture comme un rapport avec la Terre et non avec un chiffre d’affaires, où des solutions existent pour mettre en place une agriculture biologique et pérenne, adaptée à chaque région.

Pour allez plus loin

Vers le site officiel Solutions locales

Certains spécialistes

On retrouve parmi ces spécialistes, le couple Bourguignon,Lydia, maitre ès sciences agroalimentaire et Claude Bourguignon, ingénieur agronome et docteur ès sciences microbiologie qui font une analyse des sols afin de proposer à l’exploitant agricole la meilleure solution.
Pierre Rabhi, pionniers de l’agriculture écologique et militant international. Il assiste les plus démunis dans le monde et les aide à sauvegarder leur patrimoine nourricier. Il dirige aujourd’hui l’association Terre et Humanisme et le mouvement Colibris. Philippe Desbrosses, agriculteur, docteur ès sciences de l’Environnement, instigateur en France de la reconnaissance de l’agriculture biologique et conservateur de graines anciennes … mais aussi entre autres Vandana Shiva, Dominique Guillet, Antoniets Semen Sviridonovitch.

Articles similaires :

Ce contenu a été publié dans Actus, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>