Le fou prend la tour

DSC01160 Le fou prend la tour

L’art est dans la tour.
Grand vernissage samedi 13 juin 2015.
Sur Aix les Bains.

Depuis 2013 la grand tour Misaine dans le quartier du Sierroz accueille des performances artistiques dans certains appartements alors que d’autres sont encore habités jusqu’à sa destruction.

Plus d’infos sur le site d’Aix les Bains en cherchant la ville commence ici !

Publié dans Street art | Laisser un commentaire

Les 7 merveilles du monde antique

Cette liste des grandes constructions remarquables a été établi par les grecs et les romains du monde antique, surement à partir de récits de grands voyageurs.
Elles ont été retenu du fait de leurs dimensions exceptionnelles et des prouesses techniques des concepteurs et des bâtisseurs.
Elles se trouvent, ou du moins se trouvèrent, en Grèce, au nord de l’Afrique et en Asie.

La pyramide de Kéhops (Egypte actuelle, environ 3000 ans av J.C.)
La dernière des merveilles encore debout. Elle impressionne toujours par ses dimensions, 232 mètres de large et 146 mètres de haut. Ce qui reste fascinant aussi c’est que pour le moment les scientifiques ne sont toujours pas d’accord sur la façon dont les pyramides ont été construites.

Les jardins suspendus de Babylone (Irak actuel, environ 600 ans av J.C.)
Une succession de plusieurs plateformes qui abritent une végétation luxuriante. De toutes les merveilles, elle est la plus controversée sur son existence même mais aussi de sa localisation exacte. En effet certains historiens pensent que les jardins auraient pu se trouver dans une autre grande ville de Mésopotamie, Ninive.

La statue de Zeus à Olympie (Grèce actuelle, environ 430 ans av J.C.)
Une armature en bois et par dessus des plaques en or, pour les cheveux, la barbe les sandales et la draperie; et en ivoire pour les parties nues, comme la peau. On estime sa taille a une douzaine de mètres de haut. Zeus est représenté assis sur son trône, tenant dans la main droite une statuette de Niké et dans la main gauche un grand sceptre avec un aigle perché au bout.

Le mausolée d’Halicarnasse (Turquie actuelle, environ 350 ans av J.C.)
D’une hauteur de 50 mètres, les 4 côtés étaient ornés de statues. Avec le temps et faute d’entretien, il tombe en ruines. Les Hospitaliers s’en servent comme d’une carrière pour construire le château Saint-Ange qui domine l’Acrôpole d’Halicarnasse.

Le temple d’Artémis (Turquie actuelle, environ 340 ans av J.C.)
Ses dimensions sont estimées à 137 mètres de long et 71 mètres de largeur. Cet endroit avait plusieurs fonctions : lieu de culte, banque et terre d’asile. Il fut volontairement incendié par un grec du nom d’Erostrate qui cherchait un moyen pour passer à la postérité.

Le colosse de Rhodes (Grèce actuelle, environ 300 ans av J.C.)
Une statue faite essentiellement de bois pour le « squelette » et recouverte de plaques de bronze. Sa taille aurait été proche de celle de la statue de la liberté (46 mètres sans le socle, 92 mètres au total). Ces 2 statues sont d’ailleurs assez proches dans leur conception, une armature sur laquelle sont fixées des plaques de cuivre martelées.

Le phare d’Alexandrie (Egypte actuelle, environ 290 ans av J.C.)
D’une hauteur de 135 mètres, il était visible en mer jusqu’à 50 kilomètres des côtes. Le fort de Qaitbay aurait été construit sur le site en réutilisant, entre autres, des pierres de cette merveille. Le phare reste le symbole de la ville d’Alexandrie.

Publié dans Culture G | Marqué avec | Laisser un commentaire

Le nettoyage de l’océan : The Ocean Cleanup

Voilà quelques années que ce jeune hollandais, Boyan Slat, porte ce projet de nettoyer les océans. Pourquoi en reparler maintenant ? Parce que son projet vient d’être jugé faisable par les scientifiques et qu’après avoir créé sa fondation en 2013 et s’être entouré d’une centaine de bénévoles, il vient de lancer en juin 2014 un appel au don pour que son projet se réalise. 100 jours pour réunir 2 000 000 de dollars … il reste encore 83 jours.

Pour soutenir ce projet : faites un don.

D’où lui est venu son idée ? Après une plongée en mer à l’âge de 16 ans, il s’étonne de voir plus de sacs plastique que de poissons et qu’il n’y ait pas de solutions pour tout nettoyer. Partant du constat : pourquoi traverser les océans alors que les océans peuvent vous traverser ? Il développe donc l’idée d’attendre les plastiques à la dérive grâce à un cône composé de barrières flottantes. Elles attrapent dans un premier temps les déchets et les concentrent, permettant ensuite à une plateforme d’extraire les plastiques de façon efficace.

plateforme ocean Le nettoyage de locéan : The Ocean Cleanup

En quoi son projet est il remarquable ?

De par sa conception, il utilise les courants et les vents pour collecter les déchets.
De par son idée et sa rapidité, là où les scientifiques voyaient des centaines d’années pour récupérer la moitié des déchets de l’océan, lui en prévoit seulement une dizaine d’années. Cette technique lui permet d’être 7900 fois plus rapide et 33 fois moins cher à comparer des méthodes traditionnelles.
Parce que la revente des plastiques récupérés pourrait rembourser le coût de l’installation.
Parce que plutôt que de créer sa propre compagnie d’ingénierie ou son propre institut océanographique qui seraient des dépenses en plus, la foundation est à la recherche de toutes les collaborations possibles pour rester concentrer sur l’objectif.

The Ocean Cleanup est une stratégie en 3 temps. Dans un premier temps, c’est l’extraction avec ce grand projet de nettoyage des océans. Le deuxième temps est la prévention, une grande campagne d’informations qu’il faut faire autour de cet événement et de l’existence de continent plastique. Le troisième temps est l’interception, c’est à dire en adaptant des structures à tous les courants susceptibles d’amener d’autres déchets afin de réduire cet afflux.

Pour plus d’informations : The Ocean Cleanup.

Publié dans Actus | Marqué avec | Un commentaire